LAURÉATS

Prix Tour Montparnasse – Catégorie Fiction / Essais

Le prix a été décerné à Jean Rouaud pour Kiosque, publié chez Grasset.

Lauréat Fiction

Sept années durant, de 1983 à 1990, jusqu’à l’avant-veille du prix Goncourt, Jean Rouaud, qui s’escrime à venir au bout de son premier roman Les Champs d’honneur, aide à tenir rue de Flandre un kiosque de presse.
À partir de ce « balcon sur rue », c’est toute une tranche d’histoire qui défile : quand Paris, populaire et coloré, accueillait les réfugiés pieds noirs, vietnamiens, cambodgiens, libanais, yougoslaves, turcs, africains, argentins.
On y fait la connaissance d’une superbe galerie d’éclopés, de ratés, de rêveurs, dont le destin inquiète l’apprenti écrivain engagé dans sa quête littéraire encore obscure, et qui se voit vieillir comme eux.
Au-delà des figures pittoresques et touchantes des habitués du kiosque, on retrouve ici l’aventure collective des lendemains de l’utopie libertaire post-soixante-huitarde, et celle, individuelle et intime, d’un homme qui se fait l’archéologue de sa propre venue aux mots.

Extrait

« Une des grandes surprises du kiosque était non seulement la diversité des opinions, avec d’infinies nuances qui rendaient délicate une classification précise des convictions, mais l’absolue singularité de certaines réflexions, impossibles à ranger dans une nomenclature existante, recensée dans aucune des catégories mentales habituelles, fruits d’un seul cerveau, d’un seul imaginaire labourant son propre terreau, et qui avaient le don de laisser à la fois ébahi et sans voix, comme un message tombé d’une autre galaxie auquel manqueraient les codes de compréhension, ce qui donnait ces sentences abruptes des acheteurs de quotidiens réagissant instantanément à un titre en grands caractère à la « une » de leur journal. » (Pages 86-87)

À propos de l’auteur

DSC_8927D

De gauche à droite : Mijo Thomas, commissaire du salon ; Philippe Goujon, Maire du XVe arrondissement de Paris ; Patrick Abisseror, président de l’Observatoire Panoramique de la Tour Montparnasse ; Jean-Christophe Rufin, parrain du salon 2019 et Jean Rouaud, écrivain lauréat.

Extrait de la biographie de Jean Rouaud sur le site de France Inter

Né en 1952 à Campbon en Loire Atlantique, Jean Rouaud grandit dans une famille qui lui transmet des valeurs de travail, de piété et de constance, « un magasin d’antiquités » selon lui, avant que passe par là Mai 68 et son souffle libertaire. Étudiant en lettres modernes, il met alors un point d’honneur à ne pas terminer son mémoire de maîtrise sur Beckett.

Le Goncourt et la gloire le surprennent alors qu’il tient le kiosque à journaux de la rue de Flandre, dans le XIXe arrondissement de Paris. Il écrit ensuite les quatre romans qui, avec Les Champs d’honneur, forment un cycle romanesque fondé sur l’histoire de sa famille et certains aspects de sa propre vie : Des hommes illustres, Le Monde à peu près, Pour vos cadeaux, Sur la scène comme au ciel. Il publie aussi quelques essais comme Les Corps infinis ou Souvenirs de mon oncle, une revisite du film de Jacques Tati, ainsi que de nombreux romans parmi lesquels La Désincarnation, L’Imitation du bonheur, La Fiancée juive, ou La Femme promise. Dans son livre L’invention de l’auteur paru en 2004, il raconte comment la mort de son père en 1963 a été à l’origine de sa vocation d’écrivain.

 

Prix Tour Montparnasse – Catégorie Beaux-Arts

Le prix a été décerné à Maurice Culot, Patrice Maire et France de Griessen pour Montparnasse 1900-1930 Art Nouveau Art Déco, publié chez AAM Éditions.

STUDIO LIVRES a Paris le 23/11/2018 Photo sebastien soriano/ Le Figaro

Haut lieu de la bohème entre 1900 et 1914, Montparnasse, après la Première Guerre mondiale, a détrôné Montmartre et est devenu un carrfour du monde artistique. Les noms de quelques lieux de rencontres cosmopolites et festifs de l’époque, La Coupole, La Closerie des Lilas, Le Select, La Rotonde, Le Dôme, Le Jockey… sont passés à la postérité.
L’architecture fut aussi de la partie, et deux styles neufs, l’Art Nouveau, avant 1914, puis l’Art Déco, ont accompagné l’effervescence culturelle de ce quartier qu’hantaient, parmi d’autres, Paul Fort, Man Ray, Picasso, Pascin, Modigliani, Hemingway, Cocteau, Kiki la reine de Montparnasse, Joséphine Baker…
Les glaces et les céramiques du Bouillon Chartier, l’immeuble à gradins de la rue Vavin, les précieux bow-windows de Théo Petit, la tombe en mosaïques étincelantes de la famille Wallon, les couples lascifs du sculpteur anarchiste Émile Derré, les portes fantastiques d’Eugène Petit, la forêt de métal de Notre-Dame-du-Travail… autant d’expressions d’un art neuf donc les courbes sensuelles bousculent joyeusement les autres styles.
Après la Grande Guerre, les pavements en mosaïque des brasseries, les piliers peints de La Coupole, les audacieuses verrières des ateliers d’artistes, les vitraux de Louis Barillet, les aménagements élégants de Rob Mallet-Stevens, les appartements bourgeois, les HBM… renvoient à une société modernisée qui apprécie la vitesse, encense la Fée Électricité, promeut la libération de la femme, découvre les bains de mer et la nudité, accueille le jazz, l’american bar et ses cocktails.
Les architectures, formant la scène bâtie des mythiques « années chaudes » de Montparnasse et des quartiers voisins de Plaisance et du Petit Montrouge, sont rassemblées ici pour la première fois. Elles sont signées par de grands noms : Henri Sauvage, Louis Süe, Michel Roux-Spits ou Bruno Elkouken, mais souvent aussi, par d’autres créateurs talentueux tombés dans l’oubli et à redécouvrir absolument.

À propos des auteurs

DSC_8915D

De gauche à droite : Philippe Goujon, Maire du XVe arrondissement de Paris ; Maurice Culot (écrivain lauréat) ; Mijo Thomas, commissaire du salon ; Jean-Christophe Rufin, parrain du salon 2019, France de Griessen (photographe lauréate) et Patrice Maire (écrivain lauréat).

Maurice Culot

Maurice Culot est éditeur et architecte. Il a fondé en 1968, la maison d’édition AAM qui publie des livres d’art et d’architecture. Il est lui-même l’auteur ou co-auteur de plusieurs livres sur l’Art Nouveau et l’Art Déco dont, tout récemment, ceux dédiés à ce patrimoine à Asnières-sur-Seine et à Argenteuil.

France de Griessen

France de Griessen est artiste, photographe et auteure. Qu’il s’agisse de portraits, de photographe florale ou d’architecture, elle propose une vision poétique, cinématographique et empreinte d’élégance du monde.

Patrice Maire

Patrice Maire est le rédacteur en chef de la revue Monts 14. Il est l’auteur en 1999 du livre Le Quatorzième, quête d’un patrimoine menacé, qui contribua à la sauvegarde d’édifices de l’arrondissement.

 

Prix Jeunesse – Mairie du XVe

Le prix a été attribué à Béatrice Fontanel et Alexandra Huard pour Massamba, le marchand de tours Eiffel, publié chez Gallimard Jeunesse.
J00633_massambra_COUV.indd

Arrivé à Paris au terme d’un voyage éprouvant, Massamba doit s’improviser marchand de souvenirs pour touristes. Quand il découvre, en vrai, la tour Eiffel dont il a tant entendu parler… quel choc ! Devant lui elle s’élance, phénoménale, telle une fusée d’acier qui transperce les nuages. Vendre des tours Eiffel miniatures sous la grande : au début, il trouve ça trop fort. Mais il doit rester aux aguets…

« Le texte, comme toujours chez Béatrice, est très beau à lire à voix haute. Il reste parfaitement à hauteur d’enfant, sans l’accabler de ce que le monde a de pire mais au contraire en lui montrant les manifestations d’humanité, qu’on trouve quand on sait bien regarder, et qui nous font grandir.

Je me suis donnée comme mot d’ordre de suivre le même cap avec mes images. Ce livre n’est pas un reportage réaliste sur l’immigration. Ce livre est une histoire, un conte moderne. Les enfants pourront s’attacher à ce héros, je l’espère autant que moi en le dessinant. Pourtant je dois avouer que ça n’a pas été facile du tout de peindre ce périple avec toutes ses couleurs, moi, adulte, consciente du nombre de héros comme Massamba, hommes, femmes et enfants, qui n’arriveront jamais au bout de leur voyage. »
Alexandra Huard – Voir son blog

À propos des auteures

DSC_8977D-web

Béatrice Fontanel (gauche) et Alexandra Huard (droite), en présence de Mijo Thomas, Commissaire du salon.
Crédits : N.Krtolica

Béatrice Fontanel

Née à Casablanca en 1957, est l’auteur de nombreux livres illustrés, dont Bébés du monde, Grèves, 1914-1918 Nous étions des Hommes, La Vie quotidienne en peinture aux Éditions de La Martinière, ainsi que l’Éternel féminin, une histoire du corps intime et Quand les artistes peignaient l’histoire de France, au Seuil.
La vie quotidienne est son terrain privilégié, et son travail d’écriture nourrit ses ouvrages documentaires autant que les recueils de poésie dont elle est également l’auteur, tels La Ménagère Cannibale, au Seuil, Éloge des Nuages, aux Éditions de La Martinière.

Alexandra Huard

Née à Annecy en 1988, Alexandra Huard vit et travaille à Lyon. Diplômée de l’école Émile Cohl en 2010, elle dessine depuis pour la presse et l’édition jeunesse. Elle a illustré une vingtaine d’albums écrits par de grandes plumes de la littérature jeunesse (dont Béatrice Fontanel, Marie-Sabine Roger, Marcus Malte, Didier Lévy…). Elle aime peindre ses illustrations à la gouache, de grandes images pour inviter les jeunes lecteurs au voyage et à la découverte.

*Portrait Gallimard Jeunesse